Un uniforme pour raconter l'histoire

November 22, 2018

Sensibiliser au Devoir de mémoire : le centenaire de l'Armistice était une occasion à ne pas manquer pour les enseignants du Collège d'Enghien.

 

 

Pour le centenaire de l'Armistice, le Collège Saint-Augustin d'Enghien organisait la semaine du "Devoir de mémoire". A cette occasion, quelques enseignants et élèves ont monté une exposition retraçant les événements de la guerre 14-18.

Basée sur les faits historiques de la guerre et sur ce qu'il s'est passé plus particulièrement au Collège, l'exposition présentée dans la Chapelle était complétée par une présentation proposée par les enseignants.

Avec une pédagogie teintée d'humour, les deux professeurs, Philippe Byl et André De Thier n'ont pas hésité à enfiler l'uniforme du soldat de l'époque afin de capter l'attention de leur public scolaire.

Pour Philippe Byl, licencié en Histoire et professeur de géographie, "le but de cette exposition est de parler de la réalité et du vécu des soldats durant la Grande Guerre". Comme il l'explique aux élèves présents lors d'une visite guidée, "les commémorations sont importantes pour se rappeler de la mémoire de l'Armistice, le cessez-le-feu. Cette première Guerre Mondiale a marqué un tournant dans l'histoire des guerres, bien plus que la deuxième. En effet, toutes les technologies guerrières vont évoluer de façon exponentielle. Elle va également apporter de nombreux progrès en médecine par exemple, avec la chirurgie esthétique pour les gueules cassées".
 

 

Au fil de la présentation, l'uniforme militaire devient le fil conducteur. Le choix des matières et les différents éléments qui le composent, les armes, etc. interpellent et créent la discussion. Les élèves attentifs découvrent plus en détails une réalité qu'ils ignoraient, l'horreur des tranchés et la guerre "véritable boucherie", comme leur présente l'historien.

La réalité et la vie quotidienne des jeunes soldats dans les tranchées étaient loin d'être celle qu'on pourrait imaginer à travers les jeux vidéo actuels. Avec quelques touches d'humour et en parlant avec ses trips, le professeur tient en haleine les étudiants qui écoutent attentivement. "La guerre dans les jeux vidéo, c'est de la dentelle", leur lance-t-il. "La vraie réalité, c'est la boue, les problèmes sanitaires, le risque d'être mutilé ou de mourir sous un obus..."

Après la visite, Robin Vandoorne, élève en 3e année, nous confie, "je connaissais déjà l'histoire mais aujourd'hui, j'ai appris encore plus. J'ai été marqué par le fait que les soldats qui partaient à la guerre étaient très jeunes et que les chances de survivre étaient très faibles, et qu'il fallait être vraiment courageux". Une camarade de classe, Ana Milleville ajoute "c'est quelque chose de très grave et c'est important de se remémorer ce qu'il s'est passé". "Nous devons apprendre l'histoire pour connaitre les erreurs et éviter que cela se reproduise", commentent Camille Van Heymbeek et Perrine Gilles.

Tels des passeurs d'histoire, les enseignants pensent remonter l'exposition l'an prochain afin de poursuivre leur travail précieux de transmission et de sensibilisation auprès des jeunes afin de ne jamais oublier.

 

Les jeunes sacrifiés

La première Guerre Mondiale a duré 1562 jours et fait des millions de morts sacrifiés pour notre liberté.

L'exposition présentée aux élèves du Collège Saint-Augustin d'Enghien (grâce aux efforts de Marie-Noëlle Francotte, Philippe Byl et André De Thier) retrace les faits historiques et rappelle aussi l'histoire de leur école. En effet, l'établissement a été occupé par les allemands. C'est aussi une façon de rendre hommage aux nombreux jeunes soldats sacrifiés, dont certains sortaient du Collège d'Enghien.

 

 

 

 

Source: L'Avenir - Le Courrier de l'Escaut, 21/11/2018, p.5.

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Posts Récents

October 28, 2018

Please reload

Archives